14 mai - 16 mai 2013
  • jeudi 16 mai 2013
    Festival FMX – Mexico D.F. / Mexique
  • mercredi 8 février 2012
    Théâtre de Bourg-en-Bresse (69)
  • vendredi 27 janvier 2012
    Centre Culturel Théo Argence – Saint-Priest (69)
  • du 11 au 14 janvier 2012
    NTH8 – Lyon
  • du 14 au 21 mai 2011
    NTH8 – Lyon
    CRÉATION

 

ANDROMÁCA REAL

XIMENA ESCALANTE / SYLVIE MONGIN-ALGAN

POLYPTYQUE ESCALANTE #3

 

ÉQUIPE DE CRÉATION

texte : Ximena Escalante
traduction : Aurélie Dupire, éd. «Le Miroir qui fume»
mise en scène : Sylvie Mongin-Algan

assistant à la mise en scène : Sébastien Valignat
avec :
Anne de Boissy : Hermione / Elodie Grumelart : Andromaque / Jonathan Peronny : Oreste / Florian Santos, Pyrrhus / Abdelslam Laroussi Rouibate : Homme riche, Homme beau, Homme génial, Homme conventionnel, Homme incertain, Le vendeur, L’homme, L’autre
lumière, scénographie : Yoann Tivoli
son : Marie Nachury
vidéo : Vincent Boujon
costumes : Clara Ognibene

durée : 1h15
Production Les Trois-Huit, compagnie de théâtre au NTH8/Nouveau Théâtre du 8e.
Avec la participation artistique du GEIQ-Théâtre compagnonnage, de l’ENSATT/ Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre. Avec le soutien du Théâtre de Bourg-en-Bresse, du Théâtre de Vénissieux, de la Région Rhône-Alpes (FIACRE International) et de la convention Ville de Lyon/Institut Français.

 

Les choses arrivent par morceaux. Les personnes arrivent et elles sont des morceaux. Je suis ici, étant un morceau de moi-même. Et je l’attends lui, qui est un autre morceau, un morceau masculin. Lui, il va me demander mon être, mais comme ça il ne l’aura pas parce que je ne l’ai pas moi-même, il va me demander mon corps. Et je vais lui donner…
Andromáca Real, X.E.

 

Ici comme chez Racine, Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui n’aime pas.
Mais ici pas de meurtres pas de rois pas de navires pas d’autels.
L’action se passe dans une ville, ses rues, ses bâtiments, ses bureaux, ses bars, ses magasins, ses parcs, ses laveries, ses recoins secrets, et… rien.
Sylvie Mongin-Algan

 

« Le génie de Ximena Escalante consiste en cette capacité à convoquer des thèmes intemporels qu’elle conjugue au présent, faisant ainsi exploser la puissance de leur incroyable actualité. En y assignant une écriture du dépouillement, l’auteur ne conserve que le tranchant, l’endroit exact où se situe la blessure. La question de la violence des rapports entre homme et femme, la question sociale sous le prisme du corps devenu objet marchand, l’individu réductible à sa dimension charnelle, l’amour inaccompli, la haine dans les rapports familiaux… sont autant de sujets mis en écho. »
Elise Ternat – Mouvement