18 novembre - 30 avril 2018
  • jeudi 15 mars 2018 – 19h00 - Institut d’Art Contemporain - Villeurbanne (69) CRÉATION
  • samedi 7 avril 2018 – 17h00 - Festival Regards d’avril, Nouveau Théâtre du 8e, Lyon (69)
  • jeudi 31 mai 2018Festival Les Langagières, Théâtre National Populaire de Villeurbanne (69)

SI JE SUIS DE CE MONDE

IMG_0465

Résumé

Retour

ALBANE GELLÉ / ANNE DE BOISSY / GÉRALDINE BERGER

ÉQUIPE DE CRÉATION

texte : Albane Gellé
mise en jeu : Anne de Boissy
avec Géraldine Berger, Anne de Boissy et Isabelle Voizeux
traduction LSF :  Christophe Daloz
collaboration artistique : Nicolas Ramond

Production Les Trois-Huit au NTH8/Nouveau Théâtre du 8e (Lyon, 69).
Avec le soutien de RAMDAM, Centre d’Art (Ste Foy les Lyon, 69) et du Cube-Studio Théâtre (Hérisson, 03).

 

«  Si je suis de ce monde » d’Albane Gellé
Une performance poétique bilingue en français parlé, en langue de signes française / LSF et en chant-signes

C’est : 49 poèmes / 3 actrices, 1 entendante parlante, 1 entendante signante et 1 sourde signante / les 2 langues françaises / 1 traducteur sourd / 1 espace temps.
C’est traduire avec Christophe Daloz les 49 poèmes d’Albane Gellé poétesse entendante pour les donner à voir et à entendre, en même temps, avec le corps des 2 actrices : Anne de Boissy et Géraldine Berger.
Puis c’est la réponse d’Isabelle Voizeux, dans un langage purement poétique; qui créera un « chant-signes » (chanson en langue des signes), inspiré par le texte d’Albane Gellé.
C’est cheminer d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une grammaire à une autre.
C’est déplacer nos habitudes de spectateurs/auditeurs, déplacer nos repères par rapport au sens, aux métaphores, aux images et aux silences.

Car il existe bien 2 langues françaises, étrangères l’une à l’autre et qui ont besoin d’une traduction si elles veulent nommer ensemble le même sens. Traduire du français parlé vers la LSF se fait autant debout qu’assis autour d’une table. La LSF est naturellement visuelle. L’écriture est un support de travail mais ce n’est pas le seul mur porteur dans cette démarche. La LSF fabrique des images, on fabrique donc des storyboards. Dans un dictionnaire de LSF le dessin du signe seul est complété par des flèches qui indiquent le mouvement du signe. Le mouvement du signe est le mouvement de la pensée. La pensée est corps. De même, la voix n’est pas une idée, c’est le muscle qui véhicule les mots, la pensée. La voix n’est pas plus mentale que les mains.

 

«  Traduire c’est stationner entre 2 langues, stationner à l’intérieur d’un texte » dit Barbara Cassin, «  créer le mouvement d’une langue à l’autre », « la traduction c’est de l’énergie ». ( Emission Paso doble / France Culture / 28 février 2017 ) .
C’est dans le corps des 2 actrices que se déploie ce mouvement signant et parlant. Les 2 actrices interprètent les poèmes et sont aussi l’interprète l’une de l’autre. « La tête est dans le corps debout » , ( «Si je suis de ce monde», p 34 ) .

 

Le projet est de profiter de cette chance : réunir les 2 langues françaises qui peuvent parler en même temps, qui ne se gênent pas puisque l’une est visuelle et l’autre sonore. Faire qu’elles se rencontrent, se confrontent, se répondent, s’inventent, entrent en complémentarité.
Le projet est de profiter du double-sens du verbe interpréter : jouer et traduire. Nous allons décrypter les poèmes, creuser pour trouver leurs racines, constater que le  « poétique » ici n’a rien de flou, d’éthéré bien au contraire. Pour traduire il faut nommer, le feeling ne suffit pas. Le corps du texte fait loi et nous faisons corps avec lui.

 

« Et puis la littérature bien-sûr. Ouf. La littérature qui n’est pas approximative. Cherchant au plus près à dire au plus juste recevant le monde redonnant le monde » . ( Albane Gellé / bougé(e) / Seuil édition ) .
De même, les signes bien-sûr. Ouf. Les signes qui ne sont pas approximatifs. Cherchant au plus près, à dire au plus juste, recevant le monde, redonnant le monde.
La littérature et les signes réunis pour Tenir debout et dire ensemble «Si je suis de ce monde » .
Anne de Boissy
Avril 2017